Entreprises
Activités
Produits
Catégories des produits
Portfolio
Actualités

Promédia l'annuaire des professionnels de la Communication, de l'Audiovisuel, de l'Événementiel et des Médias

Le ministre de la Communication présente l'expérience marocaine en matière de réforme médiatique au forum mondial de Davos sur la communication - Promédia

Le ministre de la Communication présente l'expérience marocaine en matière de réforme médiatique au forum mondial de Davos sur la communication

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha Khalfi, a présenté mardi 10 mars 2015 à Davos l'expérience marocaine en matière de réforme médiatique, d'autorégulation de la profession et de promotion de la liberté de presse.

 "Le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, s'est engagé dès 2001 dans une dynamique de réformes dans ce domaine et a interagi positivement avec la révolution technologique et la mutation numérique qui s'opère à l'échelle mondiale", a souligné le ministre lors d'un panel organisé dans le cadre du Forum mondial de Davos sur la communication.

Ce débat de haut niveau sur le thème "gouvernement et communication: développement et régulations", a été rehaussé par des décideurs et d'experts venus notamment du Liban, d'Afrique du Sud, de l'Inde et du Pakistan.

M. Khalfi a indiqué que la dynamique réformatrice dans le Royaume a ouvert la voie, grâce à la Constitution de 2011, à une nouvelle ère sur la voie du renforcement de l'indépendance des médias publics, de la promotion de la liberté de la presse et des prérogatives de la Haute autorité de l'audiovisuel (HACA). Il a également mis l'accent sur la prochaine instauration d'un Conseil national de la presse en tant qu'instance indépendante pour l'autorégulation du secteur.

"Il y a eu une profonde révision du cadre légal régissant le secteur, compte tenu de l'émergence de la presse digitale", a relevé le ministre, notant que la stratégie "Maroc Numeric 2020" est en cours d'élaboration.

"Cette mutation numérique s'est traduite par la montée en force de nouveaux canaux de communication et des réseaux internet en tant qu'espaces d'interaction avec les contenus audiovisuels et la presse écrite", a-t-il expliqué.

L'expérience marocaine, a poursuivi M. Khalfi, s'attache à investir dans l'autorégulation sur la base de l'article 27 de la Constitution qui engage l'Etat à favoriser les mécanismes d'autorégulation de la profession.

"Ce souci d'investir dans l'autorégulation est une réponse aux mutations numérique, démocratique et démographique, dans la perspective de développer un système avancé de déontologie et de protéger les libertés des journalistes, sans oublier de renforcer l'indépendance et les prérogatives de HACA", a-t-il précisé.

Il a fait observer que la transition démographique se caractérise par l'élargissement de la catégorie des jeunes, une tendance qui se traduit par le recours massifs aux réseaux sociaux et autres espaces qu'offrent les nouvelles technologies de la communication.

"Ce sont là autant de réalités qui encadrent la politique publique dans le secteur de la communication", a-t-il expliqué, ajoutant que la nouvelle génération de réformes capitalise sur la première génération lancée dans les années 2001 et 2002 et ayant mis fin au monopole de l'Etat dans l'audiovisuel.

Cet élan réformateur, a-t-il ajouté, a permis de porter à 10 millions le nombre d'abonnements et à plus de 70 pc le taux de pénétration de l'internet.

La nouvelle génération de réformes a donné lieu notamment à l'élaboration d'un projet de Code de la presse et de l'édition sans peines privatives de liberté, selon une approche participative, la reconnaissance légale de la presse électronique. Il s'est agi également, selon lui, d'adopter des cahiers de charge pour le secteur audiovisuel public basés sur le renforcement du rôle des commissions déontologiques, la promotion d'un système concurrentiel dans les relations avec les sociétés de production privées et la consécration du concept du service public.

En outre, un programme d'appui à l'entreprise de presse a été mis en place dans une logique de promotion de la neutralité et de la transparence et du pluralisme.

Le ministre prend part au Forum mondial de Davos sur la communication à la tête d'une délégation composée notamment de MM. Abdellah Bakkali, président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), Noureddine Miftah, président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) et du chargé d'affaires du Maroc à Berne.(MAP)

Source : www.mincom.gov.ma